Le pouvoir d’achat : première préoccupation des salariés

La reprise, à la suite de la crise sanitaire qui a entrainé une crise économique et sociale en 2020, met en avant la question du pouvoir d’achat. Ces derniers mois, les augmentations successives des prix du carburant, de l’énergie, des aliments, des matières premières, des charges (loyers, téléphonie, numérique, santé), etc. ont fortement impacté le pouvoir d’achat des salariés (…). Or, le pouvoir d’achat est aussi et surtout une question de salaires, élément principal regardé par les travailleurs.

Le patronat et l’Etat employeur ont sur cette question des salaires, une énorme responsabilité qu’ils n’assument pas (…). Les taux de marge des entreprises sont à des niveaux particulièrement élevés : ils atteignent 35,9 % au premier trimestre 2021 et se stabiliseraient à 32 % en fin d’année, au-dessus de leur niveau de 2018 (…).

Pour l’instant, la CFDT constate que les négociations salariales en cours ne reflètent pas cette dynamique de l’activité, dans les entreprises comme dans les branches (…).

Dans le secteur public, le gel du point d’indice, depuis de nombreuses années, produit une absence d’augmentation des salaires, et les catégories C n’ont pour certaines, que peu d’espoir de voir évoluer leur rémunération.

Dans le privé, comme dans le public, la progression des salaires serait un juste retour des choses car les entreprises ont été fortement soutenues au plus fort de la crise avec le « quoi qu’il en coûte ». À l’heure de la reprise, il est normal que les salariés aient un juste retour et bénéficient aussi de la reprise.

C’est pourquoi la CFDT continue d‘exiger la mise en place de la conditionnalité des aides, non seulement liée à la qualité du dialogue social, mais aussi à la reconnaissance des travailleurs et au partage des richesses produites (…).

La CFDT régionale demande la reconnaissance des métiers dits de « deuxième ligne », à travers leur revalorisation salariale, et plus globalement la revalorisation des bas salaires.

La CFDT appelle à un dialogue social dans les entreprises, les branches, l’Etat, les collectivités territoriales. Un dialogue social dans lequel les employeurs s’impliquent et s’engagent fortement, au travers des négociations sur les rémunérations.

Extraits de la déclaration du Bureau Régional CFDT Pays de la Loire votée à l’unanimité, à Angers le 10 décembre 2021.

Retrouvez l’intégralité de cette déclaration ici :

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire