Vos représentants

Fermer CT

Fermer CHSCT

Fermer CAP catégorie A

Fermer CAP catégorie B

Fermer CAP catégorie C

Fermer COS

 ↑
Agenda
 ↑
Recherche



 ↑
Nous contacter
 ↑
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
 ↑
Section CFDT du Conseil Régional des Pays de la Loire
  • cfdt1.png
  • cfdt2.png
  • cfdt3.png
  • cfdt4.png

    Contact


Le calendrier social

Les 5 dernières nouvelles

Publié le 17/04/2019

Depuis plusieurs mois, toutes les organisations de la CFDT se mobilisent pour débattre de l’Europe. L’enjeu : faire prendre conscience de l’importance du scrutin et convaincre les salariés de se rendre aux urnes.

Image - Engagés pour l'Europe ! JPGRappelons-le une nouvelle fois. Les élections européennes se dérouleront en France le 26 mai, et il serait bon de faire mentir les sondages qui annoncent une très faible participation. Quoi qu’il arrive, la CFDT pourra dire qu’« elle a fait le job », selon les mots de Laurent Berger. Dans toute la France, des unions régionales, des unions départementales et des unions territoriales ont organisé ou programmé des débats de haut niveau sur les enjeux européens.

             

En Bourgogne-Franche-Comté, la CFDT a dédié une journée entière à cette question centrale pour toute organisation syndicale : l’Europe sera-t-elle sociale ? Économistes, juristes, syndicalistes et députés européens ont ainsi pu débattre des opportunités de renforcer le pilier social de l’Union européenne et des dérives d’une construction européenne trop axée sur la seule performance économique. Les régions Pays de la Loire et Bretagne ont choisi de travailler main dans la main pour organiser des « cafés Europe » dans l’ensemble de leurs territoires et ainsi faire œuvre de pédagogie sur un sujet souvent difficile à appréhender.

Peser sur les décisions prises à Bruxelles

     

Les syndicalistes européens en ordre de marche

Du 21 au 24 mai, Vienne (Autriche) accueille le 14e congrès de la Confédération européenne des syndicats (CES). À cette occasion, Laurent Berger est candidat à la présidence de cette organisation qui défend la voix des travailleurs auprès des institutions européennes, négocie avec le patronat. Pour Laurent Berger, l’action de la CES est le prolongement de celle menée par les militants à l’échelle nationale ; « l’Europe est consubstantielle de la CFDT ». Si l’Europe fait partie de l’identité de la CFDT, il reste lucide sur la situation actuelle. « On peut être européen et critique. »

Bâtir le modèle social de demain

Depuis plus de dix ans, salariés et citoyens subissent les conséquences de la crise économique et les inégalités sont persistantes. À Vienne, les 600 délégués présents définiront les priorités du syndicalisme européen pour refonder une Europe plus protectrice et plus démocratique. La relance de ce projet passe par une Europe plus sociale et plus juste. C’est toute l’ambition du « Programme d’action 2019-2023 » de la CES. Ce plan prévoit la reconstruction du modèle social européen avec la déclinaison du socle européen des droits sociaux, la mise en place d’un salaire minimum dans chaque pays et d’une assurance-chômage européenne, etc. Cette convergence des droits doit permettre de combattre la précarité et la pauvreté. « C’est en progressant sur le social que l’Europe reconquerra le cœur des citoyens […]. Pour eux, l’Europe s’est éloignée. Mais sortir de l’Europe, comme le souhaitent certains, conduirait chaque pays à se recroqueviller sur lui-même sans être en capacité de peser sur son avenir. » Laurent Berger prévient, la CES « pèsera sur les acteurs, que ce soit la Commission, le Conseil ou le Parlement avec des objectifs très concrets ».

glefevre@cfdt.fr 

     

Les fédérations ne sont pas en reste. La CFDT-Métallurgie (FGMM) s’est intéressée à la meilleure manière de peser sur les décisions prises au sein de l’Union. « Vous devez demander des comptes à vos députés, y a plaidé Claude Rolin, député belge et ancien syndicaliste. C’est souvent au niveau national que l’on peut peser sur les décisions prises à Bruxelles. » Même tonalité à la Fédération nationale Construction et Bois (FNCB) avec l’un des exécutifs de sa fédération européenne venu éclairer les militants sur le travail si spécifique de lobbying mené dans les couloirs de Bruxelles pour défendre l’intérêt des salariés du secteur.

Dans chacun de ces rassemblements, la conviction européenne des militants CFDT est frappante. Si la critique est parfois virulente, personne ne remet en cause l’intérêt du projet européen ni ne tombe dans la facilité d’un discours prônant le retour des frontières comme solution à tous les maux de la mondialisation. « On sent un vrai attachement de la CFDT à l’Europe, analyse Yvan Ricordeau, secrétaire national chargé des questions européennes. Les militants veulent débattre du dumping social, critiquent la politique de concurrence libre et non faussée ou s’interrogent sur la place de la zone euro, mais restent profondément convaincus de la pertinence du projet européen. »

Refuser le mortifère repli sur soi

Dans cette dernière ligne droite, la difficulté consiste à toucher davantage de salariés, aller au-delà du cercle des militants et s’adresser aux salariés peu familiers des questions européennes et les convaincre de voter pour un candidat qui ne prône pas un repli sur soi mortifère. « La CFDT est fidèle à sa ligne d’indépendance. C’est aux citoyens de décider quel candidat répond à leurs préoccupations, rappelle Laurent Berger. Nous affirmons toutefois qu’il ne faut pas apporter sa voix aux candidats qui prônent une sortie de l’Europe ou qui se positionnent pour un retour en arrière. Et de manière très claire, nous affirmons qu’il faut rejeter l’extrême droite. »

À l’heure où les partis populistes ont le vent en poupe, rappeler l’importance de ce vote, traditionnellement peu mobilisateur en France, est une nécessité. « Le résultat des élections aura une incidence sur les politiques sociales qui pourront être menées dans l’Union, renchérit Yvan Ricordeau. L’une des premières missions du Parlement sera d’élire le président de la Commission européenne et de valider la candidature des commissaires. C’est un vrai pouvoir qui peut avoir des conséquences concrètes pour les salariés durant les cinq ans à venir. »

Bien décidées à obtenir des avancées sociales en Europe, les organisations syndicales, unies au sein de la Confédération européennes des syndicats, ont besoin de s’appuyer sur un Parlement constructif. « Il faut voter. Et voter pour l’Europe ! », insiste Laurent Berger.

jcitron@cfdt.fr

... / ... Lire la suite


PRIME D'ACTIVITÉ : - par Bernard le 14/12/2018 @ 16:10

PRIME D'ACTIVITÉ : LES FONCTIONNAIRES ET LES AGENTS CONTRACTUELS Y ONT DROIT AUSSI !

Publié le 14/12/2018

La Prime d'activité, qui remplace le RSA (revenu de solidarité activité) et la PPE (prime pour l'emploi), est une aide financière qui encourage l’activité professionnelle et soutient le pouvoir d’achat.

Elle est destinée aux personnes d’au moins 18 ans, résidant en France, exerçant une activé professionnelle et percevant des revenus modestes. Tout comme les salariés, les fonctionnaires et les contractuels peuvent donc en bénéficier s’ils remplissent certaines conditions.

La prime est calculée sur la base d’une déclaration trimestrielle.

Le calcul du montant de la prime dépend de la composition du foyer (personne seule, couple, parent isolé) ainsi que le nombre d'enfants à charge (ceux retenus pour l’impôt sur le revenu). L’ensemble des ressources sont prises en compte :

  • Revenus du travail et autres revenus,
  • ARE, allocations familiales, etc,
  • Aides au logement - allocation de logement familial (ALF), allocation de logement sociale (ALS), aide personnalisée au logement (APL),
  • Avantage en nature si le demandeur est propriétaire de son logement ou logé à titre gratuit.

Les parents isolés bénéficient d’une majoration de la prime.

La prime n’est pas imposable.

Quelque 30% des personnes qui sont éligibles à cette aide ne la réclament pas.

Vous pouvez peut-être en bénéficier ! Vous avez intérêt à le vérifier en utilisant le simulateur sur le site Service.Public.fr.

Attention : si vous y avez droit, vous ne percevez la prime que si vous en faites la demande auprès de la Caisse d’allocations familiales ou directement par internet :

Si avez un numéro d’allocataire de la CAF : faire la demande ici

Si vous n’avez pas de compte auprès de la CAF : faire la demande ici

... / ... Lire la suite



Résultats élections professionnelles - par Marc le 13/12/2018 @ 07:32

Communiqué de presse - Résultats des élections de la fonction publique

Publié le 11/12/2018

La fédération Interco CFDT est fière de contribuer à la première place de la CFDT !

Aux élections professionnelles de la fonction publique, la fédération Interco CFDT conforte sa place dans les quatre ministères de son champ : Intérieur, Justice, Solidarités et Santé, Europe et Affaires étrangères. Dans la fonction publique territoriale, elle est la seule organisation syndicale majeure qui progresse, et contribue ainsi à ce que la CFDT devienne la première organisation syndicale en France, secteurs public et privé confondus.

La fédération Interco CFDT remercie toutes les électrices et tous les électeurs qui lui font confiance pour développer le dialogue social indispensable à l’amélioration de leur travail et des services qu’ils rendent à la population.

Elle rend hommage aux milliers de candidat·es qui se sont engagé·es dans un contexte difficile et incarnent son projet dans les quatre ministères de son champ et les quelques 4 000 collectivités et établissement publics locaux de métropole et d’Outre-mer.

Avec toute la CFDT, elle entend porter plus haut et plus fort la parole des agents publics pour qu’ils soient associés à l’amélioration des services publics locaux et que leur engagement professionnel soit justement reconnu.

La fédération Interco CFDT entend prendre toute sa place au CSFPT pour que les sujets prioritaires et urgents trouvent enfin des réponses concrètes : des dispositions pérennes et justes en matière de pouvoir d’achat et de lutte contre la précarité, la participation obligatoire à la protection sociale complémentaire, un plan ambitieux de qualification et un vrai droit à la reconversion pour tous les agents qui souhaitent une évolution professionnelle.

Elle appelle les employeurs publics nationaux et locaux à considérer le dialogue social comme indispensable aux évolutions nécessaires des services publics et le gouvernement à mieux écouter les organisations syndicales que lors des concertations conduites en 2018.

 

... / ... Lire la suite


Grâce à votre engagement nous avons progressé par rapport aux dernières élections. C’est la deuxième fois de suite que la CFDT progresse, c’était notre objectif et nous l’avons atteint même si nous n’avons pas gagné de siège dans les instances paritaires nous avons gagné des voix.

La CFDT demeure convaincue que le syndicalisme d’opposition systématique ne règlera pas les nombreuses problématiques auxquelles les agents sont confrontés, aussi bien en termes de déroulement de carrière qu’en termes de conditions de travail.

En ces temps troublés et incertains, la CFDT continuera de s’engager pour tous les agents et pour un dialogue social à la hauteur des enjeux et des moyens du service public que nos concitoyens réclament.

La CFDT remercie l’ensemble de ses militants et de ses adhérents pour leur engagement et leur courage ainsi que les collègues qui nous ont fait confiance.

Dès aujourd’hui, nous allons informer, conseiller, soutenir, réfléchir, proposer, nous opposer au besoin pour que nous ayons de bonnes conditions de travail dans un climat apaisé. Nous allons continuer à dire la vérité, à ne pas tricher, à ne pas promettre sans tenir bref à respecter les valeurs de la CFDT.

 

... / ... Lire la suite



^ Haut ^